Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 15:47
Peut-on vivre sans les extremes ? 

Je parle de tous les extremes. Je veut dire, ce qui conduit a la mort de beaucoup d'hommes et de femmes. Car il faut se poser la bonne question: qu'est-ce qui constitue un extremisme ? Ce qui n'est pas d'accord avec ma vision du pouvoir ? Certainement pas, car cette idee traduit une vision conservatrice du pouvoir trop facile. 

Question qui me demange depuis un certain temps.

Et ce qui nous vient a l'esprit sont les relations avec les religions et entre elles. 
Mais egalement, l'extremisme du positivisme qui veut eliminer toute forme de religion. C'est aussi pire. 
Les athes n'ont pas plus raisons que les religieux qui veulent obtenir une religion d'etat. Encore une fois, trop facile. C'est pour cela que les grandes idees du communisme ont ete neutralisee par une vision violente du pouvoir, celle qui extermine ce qui est contre le pouvoir en place. 

Je ne connait pas de systeme qui ne soit pas sans reproches et je revendique le droit absolu et sans contraintes de les critiquer surtout quand on fait de l'amalgame et que cela mene a une vision erronee et non realiste des choses (ce qui est le vrai sens de la vulgarite). Il n'est pas rare de vouloir qu'une religion domine la politique de son pays, c'est tellement plus securisant, mais elle perd alors completement son sens (je dirais qu'elle tombe dans la plus subtile des tentations). Il existe bien des democraties religieuses comme l'Espagne, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Egypte et Israel. Et il y a bien sur les regimes autoritaires tels que l'Iran, l'Arabie Saoudite, la Lybie, etc. Et il y a ces pays qui les interdisent : on pense alors a tous ces regimes communistes. Notons qu'ils ont esseye de substituer une forme de materialisme a toute forme de religion et niant la place essentielle que prend le spirituel dans la quete du bonheur. Quand on entend ces gens de la gauche extreme a accuser les religions de tous les maux et qu'on sait pertinemment bien le nombre de gens assassines par les regimes communistes de par le monde, ils ont au moins trois genocides sur la conscience : Ukraine dans les annees 30, les 8 millions tues en Russie et le regime des Khmers rouges de Pol Pot.

De l'autre cote, nos regimes capitalistes menerent a l'esclavage qui fut que trop recemment aboli. Meme aujourd'hui, on peut voir reapparaitre des formes d'esclacages mafieux dans des pays qui ne sont pas tres socialistes (meme s'ile en ont le nom) ou meme des enfants sont affreusement exploites pour que nous ayons droit a nos produits pas chers. Aujourd'hui, je continue de recevoir des temoignages de burn-out du fait que le systeme capitaliste fontionne dans moderation. Tout est sacrifie a l'autel du profit qui traduit la morale du plus fort et aboutit au monopole privant chacun d'un droit de regard.

Trop de pays favorisent des ideologies qui aboutissent a l'ecrasement des autres ? 

Et on pourrait ajouter toutes les miseres causees par la corruption. L'homme semble tellement attire par cette affreuse corruption.

Il semble que l'integrisme mene souvent a la violence ou la justification de se defendre contre une "menace" externe. A qui la faute, ces foutus nationalismes qui veulent detruire des pays que des armees ont tous les droits de defendre ? Il est bien connu, comme le mentionnait la revue The Atlantic Monthly dans son article "Jihad world against MacWorld", que les violents nationalismes prenent leurs sources dans les imperialismes oppresseurs de la liberte et de l'initiative. On le voit bien en Ulster, a qui vraiment la faute ? En tout cas, les religions sont trop souvent des alibis. Mais au fond, manipulees par des raisons politiques plus sournoises.

De plus, le probleme des islamistes qui se font exploser avec des bombres n'est pas un probleme musulman, tout comme l'extreme violence du sionisme moderne n'a rien avoir avec le judaisme comme tel puisque les juifs vivent infiniment mieux dans nos pays occidentaux qu'en Israel. Mais oser dire ces choses et remettre en cause toute violence structuree pour defendre des interets poltiques mene toujours a l'exil tel que l'a vecu Voltaire.

Nous vivons dans un monde, non pas fou de Dieu, mais fou d'ego.

LHR

Repost 0
Published by Luc Rolland
commenter cet article